Néodarwinisme

 

 

Les protagonistes
C'est Theodosius Dobzhansky (naturaliste puis généticien) qui va revisiter l'évolutionnisme. Dans son ouvrage "Genetics and the Origin of Species" ( "La génétique et l'origine des espèces"), il considérait que tous les phénomènes évolutifs résultent de changements dans les fréquences de gènes au sein des lignées, sous l'action de la sélection naturelle.
En 1942, Ernst Mayr (ornithologue et systématicien) rappelle lui que la gamme des espèces dans la nature se présente sous un aspect discontinu. Son livre "Systematic ans the Origin of Species" ("La systématqie et l'origine des espèces") présente le point de vue des systématiciens sur le principe d'évolution darwinienne.
Le paléonthologue Georges Gaylord Simpson publie en 1944 "Tempo and Mode in Evolution" ("Rythmes et modalités de l'évolution"). Il reprend à son compte la conception darwinienne d'un changement continu et lent des espèces, et interprete l'absence d'intermédiaires (les lignées sont incomplètes) par le manque d'archives paléonthologiques.
C'est le cumul de ces ouvrages dans trois disciplines différentes qui va jeter les bases de la théorie de la Synthèse.

 

 

Les principes
On peut répertorier 3 principes majeurs...
- L'évolution est graduelle et se produit par variations continues...
- C'est la sélection naturelle qui est le moteur prncipal de l'évolution en privilégiant les espèces les mieux adaptées à leur environnement.
- Le changement évolutif par mutation peut se faire de deux façons : l'anagenèse (une lignée descendante remplace une lignée ancestrale dans la continuité) et la cladogenèse (une lignée ancestrale se scinde en deux lignées descendantes).

 

Actuellement
Depuis les années 70 la Synthèse a été remise en cause par la paléontologie. En effet, les découvertes récentes de fossiles ne s'accordent pas avec le principe d'évolution graduelle. Certaines espèces semblent surgir dans les couches géologiques sans que l'on puisse parvenir à les raccrocher directement à une lignée...
C'est tout d'abord Niles Eldredge puis Stephen Jay Gould, dont les idées se rejoignaient, qui ont relancé le débat.
Une nouvelle théorie était née : les équilibres ponctués.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site